Surface au sol : définition et calcul

surface au sol : définition et calcul

Qu’est-ce que la surface au sol ?

La surface au sol, ou surface d’emprise au sol, est définie par l’article R*420-1 du Code de l’urbanisme et représente  » la projection verticale du volume de la construction, tous débords et surplombs inclus « . C’est une surface exprimée en mètres carrés qu’il est nécessaire de connaître si vous souhaitez entamer des travaux importants sur votre terrain. En effet, c’est cette surface qui détermine le type de démarche à réaliser. Ainsi, si la surface au sol de ce que vous souhaitez construire s’étend jusqu’à 20 mètres carrés, une simple déclaration préalable de travaux suffit. En revanche, si cette surface dépasse 20 mètres carrés, un permis de construire est nécessaire. Le calcul de la surface au sol vous est également utile pour déterminer si le recours à un architecte est obligatoire ou non.

Comment calcule-t-on la surface au sol?

Pour la calculer , il faut multiplier la longueur de vos constructions par leur largeur. Évidemment, tout le monde ne dispose pas d’une maison parfaitement carrée ou rectangulaire, ce qui complique légèrement le calcul. Si vous êtes dans ce cas, vous pouvez décomposer votre espace total en plusieurs carrés ou rectangles. Ensuite, il vous suffit de multiplier la longueur par la largeur de chaque espace, puis de les additionner. Vous obtenez ainsi la surface au sol de votre maison. Les surfaces à prendre en compte dans le calcul sont toutes celles qui sont surélevées par rapport au sol. Le calcul doit donc intégrer les surfaces des espaces suivants :

  • Le rez-de-chaussée de votre maison, incluant les murs extérieurs ;
  • Les terrasses qui son surélevées ou couvertes, qui on le toit est soutenu par des poteaux ;
  • Les vérandas, porches et pergolas ;
  • Les abris et places de stationnement dont le toit est supporté par des murs ou des poteaux ;
  • Les garages ;
  • Les balcons dépassant la surface du rez-de-chaussée ;
  • Les débords de toit supportés par des poteaux ;
  • Les rampes d’accès ;
  • Les bassins de piscine.

En revanche, ne sont pas à intégrer dans le calcul de la surface au sol les éléments suivants :

  • Les étages de la maison ;
  • Les débords de toit et les marquises qui ne sont pas soutenus par des poteaux ;
  • Les terrasses de plain-pied non couvertes ;
  • Les places de stationnement non couvertes ;
  • Les clôtures.

Prenons l’exemple d’une maison possédant un rez-de-chaussée de 8 x 10 m, un étage ayant les mêmes dimensions, un garage couvert de 4 x 4 m, une place de parking non couverte aux mêmes dimensions et une terrasse couverte de 6 x 3 m. Puisque la surface au sol prend en compte uniquement les éléments surélevés par rapport au sol, certaines surfaces ne sont pas à intégrer dans le calcul de l’emprise au sol, à savoir :

  • L’étage ;
  • La place de stationnement.

Si l’étage est effectivement surélevé par rapport au sol, sa surface est déjà prise en compte dans le calcul à travers celle du rez-de-chaussée. Concernant la place de parking non couverte, celle-ci est à même le sol et ne dispose ni de murs ni de toit. Elle ne compte donc pas non plus dans le calcul de la surface au sol. En revanche, les éléments suivants doivent y être intégrés :

  • Le rez-de-chaussée ;
  • Le garage couvert ;
  • La terrasse couverte.

Pour connaître la surface au sol de cette maison, il faut donc additionner l’aire de ces 3 espaces :

80 (8 x 10) + 16 (4 x 4) + 18 (6 x 3) = 114 m²

Vous devez noter que le calcul de la surface d’emprise au sol ne doit pas être confondu avec le calcul du coefficient d’emprise au sol d’un terrain  » CES « . Celui-ci est obtenu en divisant la quantité de sol occupée par la taille du terrain et permet de mesurer la densité de l’occupation de votre sol. Généralement, le plan local d’urbanisme  » PLU  » d’une commune détermine un coefficient d’occupation du sol à ne pas dépasser.

Quelle est la surface au sol dans une maison ?

La surface au sol d’une maison correspond à son occupation sur le sol de votre terrain. Les murs extérieurs de la maison font partie de cette surface, tout comme les balcons et les loggias. Seuls les débords de toit et les marquises sont exclus de l’emprise au sol s’ils ne sont pas soutenus.

La surface au sol est-elle prise en compte dans le DPE ?

Le diagnostic de performance énergétique, ou  » DPE  » attribue à une habitation deux notes allant de A à G, l’une correspondant à la consommation d’énergie du bien, et l’autre au volume annuel du CO² produit par m². Ce n’est pas la surface au sol qui est prise en compte dans le calcul du  » DPE  » mais c’estla surface habitable. Qui correspond à la somme des surfaces au plancher de tous les espaces de votre

Rejoindre la Discussion

Comparer les annonces

Comparer